La ravisseuse d'âmes

La ravisseuse d’âmes

  • Auteur :
  • ISBN : 978-2-923589-08-4
  • Parution : Septembre 2009
  • Pages : 319
  • Prix : 25.00 $
  • Frais : 4.50 $ / livre

Le premier roman de cet auteur nous entraîne dans une histoire d’amour et d’immortalité sur une trame policière et romantique. Qu’en est-il du prix à payer pour avoir pactisé avec les forces des ténèbres sous forme de harpies afin d’obtenir la vie éternelle? L’auteur désire nous questionner sur ce désir obsessif ou quête incessante de pérennité et la place qu’occupe ce sentiment pur et éternel, l’amour chez l’être humain.

Cette œuvre qui se veut à la fois un roman fantastique et un polar sonde avec une rare acuité l’esprit humain et sa quête d’immortalité, ce, à travers une intrigue ficelée et dans la mesure du mouvement de tic-tac. Le rythme rapide du récit nous entraîne dans des actions remplies de doutes et de certitudes, ce que la harpie, Énila, un personnage sorti tout droit de la mythologie grecque, ne manque pas d’exploiter à son avantage avec l’aide de son exécuteur principal Gregory afin de rendre la vie dure à l’ex-policier devenu détective, et son ex-conjointe.

Mais comme dans toute histoire aux valeurs humanistes accentuées, l’amour véritable seul est éternel et nos héros le découvrent au gré des embuches semées par les forces obscures, à savoir, le monde des harpies. En effet, l’immortalité a un prix, un pacte avec le monde des ombres et qui ne peut être défait en apparence. L’auteur s’interroge à travers des personnages qu’il a côtoyés dans la vie quotidienne puisque celui-ci s’est inspiré d’anciens élèves ou collègues qu’il a côtoyés durant ses 35 années d’enseignement à l’université et à l’école secondaire.

L’humour y est certes présent tout au long de la trame, ce qui révèle davantage les qualités cinématographiques de l’œuvre. Celle-ci mise d’ailleurs sur deux tableaux en parallèle. Cela accentue encore plus le côté chassé-croisé du déroulement de l’action jusqu’au climat de tension finale où les deux protagonistes de l’histoire, le détective (?) et la harpie, c’est-à-dire Énila, se retrouvent face à face.